Vous avez dit « parfum »?

Howdy !

Pas une minute à perdre !

ACTION !

On fait souvent les frais des mauvaises odeurs des autres n’est ce pas ? Et ce qui arrive aux autres, pourrait nous arriver ! Alors du coup, on doit faire de notre mieux, pour sentir la rose toute la journée, et en toute circonstance ! Faire en sorte de ne pas sentir « mauvais », c’est déjà pas mal. Dur, Dur! Surtout les journées de forte chaleur ! Et surtout dans les endroits confinés (petite pensée pour les personnes qui prennent les transports en commun pendant l’été)

Homme comme femme, le parfum fait partie de nos vies, et ce, depuis bien, bien, bien, longtemps !

D’où viennent les parfums ? Qu’en est il du déodorant? Quels sont les parties du corps les plus adaptées pour l’application du parfum? Avez-vous déjà entendu parler des parfums aphrodisiaques?

Allez, c’est partie pour un petit tour d’horizon.

De l’encens au parfum… (Un peu d’histoire… oui je sais que c’est barbant, mais c’est l’essence de tout..)

Nos premiers acteurs, à qui l’on doit tout, viendraient de l’Ancienne Egypte !! L’encens y voyait le jour autour de 4000 av JC. Il était avant tout, utilisé pour honorer les dieux (d’ailleurs, on les religions le font toujours de nos jours, comme pour conjurer les mauvais esprits). Au départ l’encens était très rustique, à base de bois aromatiques, des herbes ou des racines pour créer des odeurs. Rien d’extraordinaire. Les odeurs naissaient de différents mélanges. Et pour peaufiner le tout, les égyptiens mélangeaient ces produits végétaux au vin et à des préparations faites à base de résine et de miel. L’utilisation de cet encens faisait partie de leur vie quotidienne. Ils fabriquaient aussi des huiles essentielles aussi bien pour des pratiques religieuses que pour en faire un usage personnel. Ces huiles étaient conservées dans des petits flacons. Au départ les usages personnels se limitaient à l’application de ces senteurs au niveau des cheveux et sur le visage.

Ensuite, entrent en scène : Les Grecs ! Grâce à leurs voyages, ils adopteront les pratiques observées dans les zones géographiques qu’ils visiteront. La nouveauté ? Ils s’enduiront le corps d’huiles pendant le bain. Ils l’appliqueront aussi à leurs morts. Croyant aux des vertus médicinales, ils utiliseront aussi ces huiles dans leurs maisons (sur les murs, sur les sols).

Comme si ça ne suffisait pas, les Romains veulent aussi avoir leur part du gâteau dans l’histoire du parfum. Ils participeront à une nette amélioration des ingrédients et les utiliseront pour des pratiques aussi bien religieuses, que funéraires et quotidiennes.

Et ce n’est pas tout ! Les Arabes, à leur tour, dans la lignée de l’amélioration des senteurs, seront à l’origine de l’alambic, qui permettra une meilleure distillation des plantes. De plus, ils seront à l’origine de découvertes de nouvelles substances odorantes, et développeront l’usage du parfum.

Les parfums ? Mais c’est à base de quoi ?

Le parfum est de nos jours fait à base de substances végétales (c’est sûr !!), mais aussi d’un certain nombre de substances animales, voire synthétiques. Eh oui, tant d’arômes, de mélanges qui éveillent nos sens, dans TOUS les sens. Un parfum peut nous faire plaisir, nous donner des envies, nous écœurer, nous rappeler des souvenirs aussi bien positifs que négatifs, nous donner faim, etc. Je vais faire l’impasse sur les encens, les désodorisants, et autre !

Comme j’ai pu l’amorcer déjà tout à l’heure, plusieurs substances entrent dans le processus de fabrication d’un parfum. Il ne s’agit bien évidemment pas de faire un cours sur la fabrication du parfum !! Mais juste d’avoir des idées générales sur la composition des parfums que nous mettons tous et toutes !

–                     Matières végétales : telles que les fleurs (roses, jasmin, mimosa, lavandes), les fruits (citrons, oranges, etc.) mais aussi des écorces d’arbres ou du bois, ou encore la résine, des feuilles ou des racines (gingembre) et des graines (coriandre) ;

–                     Matières animales : étrange hein ?! mais oui, ça se fait. Jouant le rôle de fixateurs, on retrouve ces matières surtout dans les parfums masculins. Je vais vous en citer trois, souvent employés : le musc qui est une substance secrétée par un cervidé mâle pour attirer sa femelle. Mais pour des raisons d’éthique, la chasse de cet animal a été sévèrement réglementée, alors il y a des muscs de synthèse. // le castoréum, produit huileux provenant des parties génitales du castor. Il sécrète cette huile pour imperméabiliser sa fourrure (oui, je sais, pas très glamour, mais bon, je ne pouvais pas faire mieux) // L’hyraceum, qui est de l’urine d’un petit mammifère en Afrique du sud (Daman du Cap), souvent utilisé aussi bien en parfumerie qu’en médecine traditionnelle.

–                     Matières synthétiques : elles ont pu être produites grâce à l’essor de la chimie. Il s’agit soit de pures créations d’éléments qui n’existent pas dans la nature, soit de la reconstitution de matières qui existent déjà (mais ne peuvent être exploitées car trop cher à l’état naturel, difficile à se procurer, ou encore dont l’exploitation va à l’encontre de l’éthique, de la morale de nos sociétés). Pour vous donner une idée, au début du XXème siècle, il y avait seulement 300 odeurs synthétiques différentes, alors qu’aujourd’hui, on dépasse les 4000 odeurs.

Parfum vs. déo ?

Le parfum fait partie intégrante de notre vie ! Oui ! Un petit « pssshhhiiiit » avant de sortir ? Ou encore un petit déodorant ou un parfum dissimulé dans le sac, histoire de rectifier le tir au court de la journée !

Certaines personnes ont des odeurs corporelles assez fortes et ont tendance à mettre du parfum pour essayer de dissimuler l’odeur ! Attention, cela peut empirer la situation ! Car le parfum a très souvent tendance à se calquer sur notre odeur corporelle ! En effet, on le dit bien dans les parfumeries… Eh oui ! Un parfum peut ne pas être compatible avec votre peau. Une affaire de température et de p.H (potentiel hydrogène) de la peau! Le déo est plutôt neutre. Est-il possible de diminuer l’impact de la mauvaise odeur qui proviendrait des aisselles ? Si oui, comment ? Comme faisaient nos grand-mères, c’est-à-dire en s’appliquant du citron au niveau des aisselles ! Bien sur, il faut noter que la forte pilosité n’aide pas non plus !

Parfum ou déo ?! Ou les deux ? Tout est une affaire de goût !

Perso, je suis pour le parfum car il est beaucoup plus raffiné, et moins agressif. J’ai une attirance pour les parfums sucrés, frais, et fruités ! Pour citer une marque, j’ai un faible pour Givenchy (Irresistible ou very Irresitible), pour les  « Flower » et « Jungle »de Kenzo,. Côté Homme, je suis fan de certains Yves-Saint-Laurent (doux, et frais), ou des Giorgio Armani (j’adoooore). Les Hugo Boss sont aussi frais et doux, et durent longtemps sur la peau ou les vêtements.

Et vous ? Êtes-vous plutôt déo ou parfum ?

Quand le parfum nous envoûte !

APHRODISIAQUES ! Eh oui ! Il paraît que de plus en plus des parfums sont censés provoquer une attirance sexuelle, voire une excitation sexuelle auprès du sexe opposé. Est-ce que ça marche ? Oui ! Qu’est ce que j’en sais ? Non, je n’en ai pas utilisé ! Mais d’après des démonstrations scientifiques, ce n’est pas impossible ! Comment est ce que ça fonctionne ? Grâce à des phéromones, dont les racines grecques veulent tout dire : pherein (transporter) et hormon (exciter). En général, les phéromones font allusion aux animaux, mais l’homme, en tant qu’être sexué en dégage aussi.

D’après WIKIPEDIA, les phéromones sont des « substances chimiques émises par la plupart des animaux (…) qui agissent comme des messagers entre les individus d’une même espèce, transmettant aux autres organismes des informations qui jouent un rôle dans l’attraction sexuelle notamment. (…) ». De par sa nature, le corps humain fabrique des phéromones, très souvent en trop faible quantité. Un parfum aphrodisiaque, a la double fonction de parfumer et d’ajouter des phéromones.

Je ne pourrai terminer, sans un petit « Le Saviez Vous ?» : Où se parfumer?

De manière générale, le parfum se met sur une peau bien propre, et dans les zones où la température est la plus élevée. Le parfum fonctionne comme l’encens. C’est grâce au contact avec la chaleur de la peau que l’odeur du parfum s’échappe. Ces zones sont : l’arrière de l’oreille, la nuque (attention aux peaux fragiles pour qui il peut y avoir des irritations), l’intérieur du coude, le poignet (notamment avant un dîner, et ça se diffusera pendant le repas… Astuce séduction?), la taille, l’arrière des genoux, les jambes. En dehors de la peau, d’après une méthode japonaise, les ourlets de vos vêtements constituent eux aussi des zones à exploiter.

ATTENTION ! La zone à éviter : les aisselles !

D’après les geishas, pour qui le parfum est avant tout un outil de séductions, il existe huit endroits clés sur lesquels il faut se mettre du parfum.

COUPÉ !

Fin de ce court métrage sur « le parfum »! À bientôt!

« Lorsque l’on vit au milieu des roses, on en prend malgré soi le parfum. » Proverbe russe

Xoxo

Publicités

Laissez votre commentaire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

octobre 2012
L M M J V S D
    Nov »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et recevoir des notifications de nouveaux articles par mail.

Rejoignez 9 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :